Archives du mot-clé Presse motos

Episode N°9 – Bilan 2013 et la confirmation de la meilleure formule

Nouvel-An 2013 et donc bilan...de l’année

il me semble que pour cette année, tout ce qui devait être fait, a été fait, ou presque… des dizaines de connaissances, de bons copains motards ou de lecteurs de la presse-motos spécialisée se déclarent « hyper, super, méga » intéressés par le concept Wild Gentlemen Tour, MAIS…. ils ne se bousculent pas à l’aéroport pour venir nous voir… Monter un concept de voyage en moto c’est pas comme lancer « nimpornawak » business… C’est plutôt comme produire un film, faut pas être pressé ! Si pour le financement, les décors, le scénario, le premier rôle ( on en a même 2 pour le prix d’un…) ça va, gérer le casting, les acteurs, bref, informer les clients potentiels de notre existence, partout ou le climat n’est pas propice à la moto, c’est du boulot…

Et ce n’est pas la prétendue crise qui pose problème, non… on achète pas une moto comme on achète une auto… Se payer une moto, c’est se faire « le » cadeau, le jouet ultime, choisir la marque, la couleur, remplacer l’échappement par un pot « tuning » qui entonne un riff de guitare, les chœurs de l’armée rouge, un opéra genre « Carmina Burana », bref… déclencher l’exaltation des sens (si, si…) sur une symphonie magnifiée par la vitesse en fonction de l’accélération ! (ça calme hein ?) 😉

Et donc.., l’idée d’entamer un voyage-moto sans « sa » moto, doit faire son chemin… pourtant se retrouver au bout de 2H30 de vol sur les terres d’Andalousie (ou-le-soleil-brille-toute-l’année-mais-ça-je-l’ai-déjà-dit) sur la moto la plus plébiscitée par les journalistes du monde entier depuis 10 ans… c’est vraiment une formule gagnante !

Aucun souci, aucun tracas, des vacances, des vraies, rien d’autre à faire que de se laisser guider, dès la sortie de l’aéroport et pendant tout le séjour, nous prenons les choses en main, nous déroulons la route, même les bagages attendrons chaque jour à l’arrivée de l’étape.

Cerise sur le réservoir, outre le fait de ne pas devoir se taper un aller/retour de 3000 bornes truffé de radars bleu blanc rouge pour rejoindre le climat du sud-ouest de l’Europe, plus aucun frais de pneus, de chaines, d’entretiens et tsépastoukoi

In fine, arriver à la conclusion que plutôt que d’assurer et voir « sa » moto se démoder et vieillir au garage chaque année, la meilleure formule est surement de nous consulter régulièrement pour visiter l’Espagne, le Portugal, le Maroc… sur les BMW R1200 GS du Wild Gentlemen Tour !

IMG_2726

images

IMG_2947