Archives pour la catégorie VOYAGE MOTO

Episode N°9 – Bilan 2013 et la confirmation de la meilleure formule

Nouvel-An 2013 et donc bilan...de l’année

il me semble que pour cette année, tout ce qui devait être fait, a été fait, ou presque… des dizaines de connaissances, de bons copains motards ou de lecteurs de la presse-motos spécialisée se déclarent « hyper, super, méga » intéressés par le concept Wild Gentlemen Tour, MAIS…. ils ne se bousculent pas à l’aéroport pour venir nous voir… Monter un concept de voyage en moto c’est pas comme lancer « nimpornawak » business… C’est plutôt comme produire un film, faut pas être pressé ! Si pour le financement, les décors, le scénario, le premier rôle ( on en a même 2 pour le prix d’un…) ça va, gérer le casting, les acteurs, bref, informer les clients potentiels de notre existence, partout ou le climat n’est pas propice à la moto, c’est du boulot…

Et ce n’est pas la prétendue crise qui pose problème, non… on achète pas une moto comme on achète une auto… Se payer une moto, c’est se faire « le » cadeau, le jouet ultime, choisir la marque, la couleur, remplacer l’échappement par un pot « tuning » qui entonne un riff de guitare, les chœurs de l’armée rouge, un opéra genre « Carmina Burana », bref… déclencher l’exaltation des sens (si, si…) sur une symphonie magnifiée par la vitesse en fonction de l’accélération ! (ça calme hein ?) 😉

Et donc.., l’idée d’entamer un voyage-moto sans « sa » moto, doit faire son chemin… pourtant se retrouver au bout de 2H30 de vol sur les terres d’Andalousie (ou-le-soleil-brille-toute-l’année-mais-ça-je-l’ai-déjà-dit) sur la moto la plus plébiscitée par les journalistes du monde entier depuis 10 ans… c’est vraiment une formule gagnante !

Aucun souci, aucun tracas, des vacances, des vraies, rien d’autre à faire que de se laisser guider, dès la sortie de l’aéroport et pendant tout le séjour, nous prenons les choses en main, nous déroulons la route, même les bagages attendrons chaque jour à l’arrivée de l’étape.

Cerise sur le réservoir, outre le fait de ne pas devoir se taper un aller/retour de 3000 bornes truffé de radars bleu blanc rouge pour rejoindre le climat du sud-ouest de l’Europe, plus aucun frais de pneus, de chaines, d’entretiens et tsépastoukoi

In fine, arriver à la conclusion que plutôt que d’assurer et voir « sa » moto se démoder et vieillir au garage chaque année, la meilleure formule est surement de nous consulter régulièrement pour visiter l’Espagne, le Portugal, le Maroc… sur les BMW R1200 GS du Wild Gentlemen Tour !

IMG_2726

images

IMG_2947

Episode N°8 – Fin de l’année 2013, serait-il temps de ranger sa bécane pour l’hiver ?

Début novembre 2013, un couple de motards qui dévore l’article écrit par Stéphane dans Motos&Loisirs réagit au quart de tour, leur Ducati Multistrada est déjà rangée pour l’hiver, mais l’idée de prolonger la saison au guidon de l’une de nos nouvelles BMW R1200GS les séduits…

Coup de fil ;  « c’est vrai qu’il fait beau même en novembre en Andalousie au Wild Gentlemen Tour ? » 

En 10 minutes d’entretien téléphonique le planning est fixé, le week-end du 11 novembre sera paaaaarfait, Jean-Marie et Valérie vivront 2 jours de rêve baignés dans la douceur du climat Andalous. Le W-E finira en beauté par un poisson grillé et une sieste sur la plage à Puerto Banus… Fin d’après-midi, je dépose notre petit couple radieux à l’aéroport de Malaga,  ils seront de retour en Belgique vers 19H avec le sourire aux lèvres et de belles couleurs… elle est pas belle la vie ?

Début décembre, 6 ami(e)s qui ont l’habitude de voyager ensemble sur leur moto en Belgique et en France décident également de tenter un Wild Gentlemen Tour en hiver, ils ont deux demandes ; Une des filles sera uniquement passagère sur la moto d’un guide et l’un des gars, (compagnon d’une motarde) il n’est pas motard, c’est un parapentiste chevronné… Eric aimerait pratiquer son sport favori. L’Andalousie est géniale pour ce sport… aussi ! Notre parfaite connaissance de la région nous permet de concilier les 2 sports sur un itinéraire commun,  je l’amènerai pendant 3 jours sur les meilleurs sites de vols pour parapentes pendant que sa copine file sur les routes avec le reste du groupe emmené par Alain et une cliente en passagère.

Depuis que le site est en ligne et que des articles élogieux sont parus dans la presse, outre le parapente, nous recevons régulièrement des demandes spéciales, et on adore ça… tel groupe veut faire du cheval en plus de la moto, d’autres amateurs de sensations exaltantes veulent goûter aux portes du désert Marocain, 3 motards Canadiens rêvent des circuits Andalous en moto mais souhaitent venir avec leurs épouses qui iront bronzer, visiter Grenade, Séville et faire du shopping dans les boutiques de luxe du Port de Puerto-Banus.

La saison 2014 s’annonce bien remplie et bien variée… i love me job !

 Image IMG_3509 Image 1 IMG_3523 IMG_3861 IMG_3803 IMG_3810

Episode N°7 – Potes, journalistes et potes journalistes découvrent le Wild Gentlemen Tour

Les potes, ah les potes ! Que serait la vie d’un Wild Gentleman sans ses wild-potes, mi-septembre une partie d’entre eux débarque à Puerto-Banus… Olivier & Olivier du Skievelat/Boeremet, Daniel Sacré ou plutôt le sacré Daniel, Cédric le géant du Miroir à Jette, Christophe le Roi incontesté du T-MAX et Tito le sympathique touche-à-tout-ce-qui-roule-avec-un-moteur, manquait que le Benito del Toro de Meise, Marc…

21 sept 2013, 9H, départ sur un filet de gaz du Wild Gentlemen Garage à Puerto Banùs pour 200KM de parcours initiatique vers nos meilleures balades…

10H30, 1er arrêt café dans la ville de Ronda et son célèbre Puente Nuevo, composé de trois arches surplombant un précipice impressionnant de près de 100m de haut, nous poursuivons notre boucle vers la Sierra de las Nieves avec son Pic de Torrecilla qui culmine à 1919m. Plus tard, nous déjeunons à l’ombre d’un « pinsapsos » séculaire (sorte de sapin Andalous) dans l’un de nos fabuleux lieux secrets au milieu du Parc naturel.

16H30 retour avec un crochet par la terrasse du mythique Café del Mar ou d’une seule voix, nous entendons le cri du coeur, quel pied ! Milliaar-de-godferdoeme-de-nondjuuu ! toute la bande a adoré et n’a qu’un seul regret ; de n’avoir prévu qu’un jour de moto avec nous, alors qu’un mois entier ne suffirait pas à découvrir entièrement la splendeur des routes sur les superbes BMW R1200GS mises à leur disposition… ils reviendront avec plein d’autres passionnés, c’est certain ! 

Bon ! Les amis qui viennent nous encourager c’est génial, mais il faut commencer sérieusement à penser comment informer la planète Terre de notre existence.

Un autre bon pote ; Arnaud (on en a beaucoup, heureusement…;) allie avec un réel brio la gestion de son service traiteur http://www.grimod.com, une carrière de pilote moto « amateur-éclairé » (il a gagné son championnat l’année dernière) et enfin le métier d’essayeur moto occasionnel pour la revue MOTO80.

Avec son adorable épouse et Vivi une fidèle amie qui « ride » avec nous depuis des années, ils décident de « voir en live » la description de nos histoires contées sur la fameuse terrasse de Lasne « La Tartine ». Arnaud a l’idée géniale de sonner le rappel auprès de son relationnel « journalistique » , il arrive à convaincre Stéphane de Motos&Loisirs ainsi que Bruno de Vroom.be d’accepter notre invitation à découvrir le Wild Gentlemen Tour… Tous deux connaissent bien la région et son paradis pour essayeurs-motos.

25 sept 2013. Dès que le petit groupe franchit la porte de sortie de l’aéroport de Malaga, nous nous chargeons de tout, absolument tout. Navette aéroport, Hotel, lunch, diner, transport des bagages etc… A la lecture des articles (voir lien plus bas) qu’ils publieront dans leur revue respective courant novembre, nous avons la confirmation que, faire un voyage-moto avec Wild gentlemen tour est vraiment l’expérience à vivre pour tout gentleman motard…

http://www.vroom.be/fr/essai-moto/wild-gentlemen-tour-deux-roues-et-landalousie-passionnement

IMG_2842

IMG_2997

IMG_3067

 IMG_3073

Episode N°6 – Comme disait Paris au Macth, « le poids des mots, le choc des photos »

De mai à juin 2013, j’aurai quadrillé toute l’Andalousie pour annoter les plus beaux spots, sélectionner les meilleurs hôtels,  « GPSayser » les itinéraires, minuté le parcours, bref établir les roadbooks…

D’août à septembre 2013…  bis repetita, l’Andalousie est le paradis des motard(e)s mais les mots pour décrire la splendeur de la région me manque, il me faut le choc des photos pour finir de convaincre mes futurs clients, je dois placer nos BMW R1200 GS en perpective.

Mi mai, Carol, un ami doublé d’un photographe professionnel réalise les premières photos pour habiller le site. Avec Thierry, (le bienveillant instigateur de l’achat de ma 1ère GS en 2011), Ilonka, (sa charmante épouse) et Alain un résident belge à Marbella nous faisons un premier shooting sur les routes de notre circuit 3 jours. De San Pedro d’Alcantara à Ronda, nous passons de 0 m à 1000 m d’altitude en 20 minutes, cette fameuse route de 50km est un « must » incontournable bien connue des journalistes essayeurs qui débarquent toute l’année par dizaines à l’aéroport de Malaga. Au bout de 270KM de routes de rêve,  nous passons la nuit dans l’un de nos lieux préférés, un hôtel magique perché tel un nid d’aigle à 900m d’altitude, par beau temps, ( mais, il fait toujours beau au Wild Gentlemen Land…) on peut apercevoir les Côtes Marocaines.

Fin août, l’ami de 20 ans, Olivier (mon twin), co-fondateur des célèbres « Brasseries Skievelat » ainsi que de l’incontournable événement du jeudi à Bruxelles, le fameux « BOEREMET », nous rejoint. Il est accompagné d’un autre pote de longue date, Bernard dit « le Berre » l’un des meilleurs pilotes de GS que j’ai jamais rencontrés, nous allons former une fameuse bande de « zozos en motos sur photos « .

Outre notre mission photo, nous peaufinons le roadbook du magnifique circuit de 5 jours qui compte approximativement 1600KM à classer comme « le »  meilleur road-trip moto

Au départ de Puerto Banùs, nous rejoignons le massif montagneux du Velès Malaga pour passer la nuit dans un hôtel design planté au milieu d’un vignoble au sud de Grenade pour aboutir le lendemain au départ des 100KM de traversée de la Sierra Nevada dont le mont Mulhacen culmine à 3478m. 48h plus tard nous descendons sur la réserve naturelle de « Cabo de Gata » qui est probablement le seul espace de la côte méditerranéenne resté totalement vierge. Le lendemain, debout à 7H pour affronter la longue route qui serpente dans le désert de Tabernas, l’endroit suggère d’abord le Far West, puis les images de sable et rochers popularisées par le Dakar et enfin certains paysages lunaires rappellent  les récentes photos de la planète Mars. Nous passons la nuit « au frais » dans les forets du Parc Naturel de Cazorla, le plus grand espace protégé d’Espagne, quelques 200000 hectares de montagnes ou nait la source du fleuve Guadalquivir qui se jette 657KM plus loin dans l’océan atlantique à l’ouest de Gibraltar

Chaque soir à l’arrivée à l’hôtel, mes amis-motards et mannequins pour l’occasion, sont scotchés, l’image de « on ira tous, tous, tous à Torremolinos » est balayée, cette région regorge de trésors, ce n’est pas seulement la beauté des paysages, mais également leur variété qui est extraordinaire, en 5 jours nous aurons visité  « l’équivalent Ibérique » de ;  St Tropez, les vertes vallées de l’Ecosse, la route des Alpes, le tour de Corse, le Far-West, une étape de liaison du Dakar et la traversée du Canada…

Voilà, début septembre 2013, nous sommes prêts à accueillir la clientèle du monde entier, le site www.wildgentlementour.com est en ligne en 6 langues et les reportages photos sont régulièrement mis à jour sur www.flickr.com/photos/wildgentlementour.

En conclusion ; « venez nous voir en Andalousie vous vider la tête au guidon d’une superbe machine sans vous préoccuper d’autre chose que du plaisir de rouler… 

IMG_2489

IMG_1693

IMG_0710

IMG_0932

Image 3

  IMG_0177 

IMG_2544 

Episode N°5 – Un copain-aventurier-motard-logisticien entre dans la danse…

Fin avril 2013, je fredonne le grand Jacques dans l’avion… je rentre au « plat pays » qui est le mien, avec un ciel si bas, si gris qu’un canal s’est perdu, ou pendu, ou les deux, je n’sais plus mais j’ai le sourire à l’âme, j’ai dans mes valises le plein de soleil et dans la tête un projet formidable.

Je vais enfin revoir ma petite famille « en vrai »… Merci à toutes ces formidables applications comme FaceTime, Facebook pour pouvoir communiquer, mais rien ne remplace le bonheur de se prendre dans les bras et se dire des mots doux au creux de l’oreille…

A peine rentré, un copain biker m’appelle pour se taper l’un des meilleurs steaks du brabant wallon ; le bien nommé  « Amusoir« . Je ne connais Alain qu’à travers de belles balades motos en Corse, dans les Pyrénées, dans le Vercors, sur la route des Alpes avec des bandes de motards différentes mais toujours aussi sympas. Je sais plus au moins qu’il a mené une vraie vie d’aventurier comme logisticien de terrain, d’abord pour Médecins sans Frontières ensuite pour les Nations Unies, qu’il a participé au Camel Trophy, organisé des Enduros en Afrique ainsi que d’autres frasques bien « Wild ». Là, ça fait un moment qu’il est revenu, Il gère l’entreprise qu’il a fondée avec son père Oscar dans les années 80 mais il souhaite passer le flambeau à son fougueux frangin quadragénaire.

En additionnant nos âges respectables, nous dépassons le siècle, en additionnant nos enfants et petits enfants nous détenons une équipe de football ainsi qu’une de basket sans compter les chiffres de nos balances qui frôlent les 200…kg.  En plus , nous partageons des itinéraires personnels peu communs et « l’urgence » de vouloir profiter de la vie.  A la deuxième « Maes » pour moi et au deuxième « Jack » pour lui, l’affaire est entendue, nous allons bosser ensemble! Nous ne serons pas trop de deux pour gérer l’arrivée des clients à l’aéroport de Malaga, le transport des bagages, la réservation des hôtels, des restaurants, les bivouacs, les picnics en pleine nature, la communication, le site, les photos, etc…

Fin avril 2013, les toutes nouvelles BMW R1200 GS « watercooled » étant arrivées chez le concessionnaire de Puerto-Banùs, j’emmène mon nouvel associé découvrir les routes de montagne de l’arrière pays de la Costa del Sol qu’il baptisera très vite notre « Wild Gentlemen Land ».

Il ne peut que vérifier que je n’avais pas exagéré dans la description dithyrambique de la région. L’arrière pays Andalous est vraiment INCONTOURNABLE pour qui recherche cette sensation unique de rouler sur une moto et qui plus est, dans les meilleures conditions ; du soleil pratiquement toute l’année, un réseau routier parfait, merveilleusement dessiné, des paysages aussi variés que magnifiques et enfin très peu de circulation même en pleine saison, les touristes d’Andalousie s’entassant pour la plupart le long de la côte. 

Nous allons pouvoir entamer « en coeur » le vieil air de Johnny, « pour nous la vie va (re) commencer »

IMG_3379

Episode N°4 – Motard, wild, gentleman et épicurien !

Puerto Banùs, premier jour d’avril 2013, suis au soleil, 21C°, pas de vent, j’étale la carte de l’Andalousie sur la terrasse de la plage « Aurora Beach ». A l’aide des notes prises pendant mon fabuleux périple du mois dernier, j’établis les premières bases d’un voyage « organisé » en moto sur 3 jours. Le motard sauvage bien qu’épicurien existe, j’en ai rencontrés, je m’efforce donc de placer sur le parcours, l’inventaire des meilleurs restos et hôtels. Comme la région regorge d’excellents vins, j’ai envie de les partager.  J’étudie également la variété des paysages ainsi qu’un kilométrage acceptable et réalisable pour chacun des futurs client(es)

Je fais un petit flash back sur le cheminement de pensée qui m’a permis de définir le profil du client type et même le nom du concept ; le bientôt incontournable Wild Gentlemen Tour

Ben non ! le client type n’est pas le motard « pur et dur » qui a choisi la moto ou le scooter comme unique moyen de transport pratique pour éviter les files toute l’année, quitte à se farcir, la pluie, le froid qui pénètre jusqu’aux os dans une combinaison pluie de grenouille obèse ou un gilet fluo…

Au contraire, comme pour mes estimés futurs clients, la fonction « mode transport » est secondaire. La moto c’est la liberté au grand air, de préférence au soleil avec le vent pour climatisation, en oubliant les petites tracasseries de la vie avec un blouson en cuir (ou pas) sur le dos . Etre titulaire d’un permis moto c’est aussi un permis de voyage, d’aventures, de vacances et de nettoyage du système nerveux ou du cerveau.

La naissance du Wild Gentlemen Tour est vraiment un cadeau extraordinaire pour nous, les bikers dépités de devoir ranger leur motos de l’automne au printemps, et ensuite subir la loi capricieuse de la météo avec ses surprises faites de gouttes de pluie froide et d’averses soudaines. 

Cerise sur le casque ; et même pour les clients qui ne comptent pas trop, (ils ont déjà en plus de leur moto, 2 ou 3 voitures, alors no souci…) pourquoi encore entretenir, amortir, assurer et garer « sa » moto pour rouler 2 mois sur 12 (si tout va bien…) alors que des motos dernier cri fraîchement rodées vous attendent à approximativement 2H30 du nord de l’Europe, en clair : plus de frais fixes et de la place libre au garage.

Bon, tant qu’à rouler sur une moto qui n’est pas la sienne, autant piloter la moto la plus plébiscitée par les journalistes du monde entier. La dernière BMW R1200GS qui est aussi la moto la plus vendue au monde. 

Donc voilà, le décor est planté, des routes magnifiques, peu fréquentées, suffit de prendre son casque, son blouson, gants et lunettes solaires et un billet pour l’aéroport de Malaga au centre de l’Andalousie, le pays où il fait beau 320 jours par an.

Vraiment, là, je le sens bien, les clients vont se bousculer, aller, gazzz !

IMG_2534

Episode N°3 – Andalucía ; « tu m’as conquis j’t’adore  »

Mi-mars 2013, avant d’étaler mes cartes et d’étudier les meilleurs itinéraires, comme un rider qui découvre une station de ski pour la première fois, je n’ai qu’une seule envie ; taquiner sur l’angle, virages, vaux et monts de la belle Andalousie.

Les routes, les circuits, les rubans d’asphalte se déroulent par centaines de kilomètres pendant 15 jours. Contrairement à mes voitures, l’ivresse de la vitesse m’importe peu et ne me procure pas vraiment de plaisir, (encore que…) une moto ne se conduit pas, elle se chevauche, vous faites corps avec elle, avec un peu d’accoutumance, elle va là ou votre regard la guide…

Et pendant 2 semaines, chaque jour, je me dis que je vois le plus beau, le plus grand, les plus belles couleurs et ça n’en finit pas, je vais d’émerveillements en ravissements. Le paradis des motards et des motardes existe et je suis pas sur un nuage, je suis sur ma moto, je suis bien vivant.

Le soir, seul à l’hôtel, mes voisins de table se demandent pourquoi j’arbore un sourire béat.  En fait, à tout bien considérer, fin de journée, quand mon fidèle destrier est posé sur sa béquille, je suis quand même un peu sur un nuage… j’imagine le plaisir de mes futurs clients à parcourir ce magnifique pays, je suis empreint de l’exaltation du voyage.

Je revis en boucle les caresses de l’air pur de la montagne , les parfums des fôrets de pins, la vue plongeante sur les lacs ou sur l’océan, que des images époustouflantes en vision IMAX avec le ciel bleu comme plafond, toutes ces stimulations de mon cerveau sont autant de massages vivifiants de mon âme…

Au bout de ce périple, je me sens bien, j’ai l’intime conviction d’avoir choisi les bonnes voies, j’ai de la musique dans la tête, après Bashung « tu m’as conquis j’t’adore «  je fredonne Gainsbourg   « la vie ne vaut d’être vécue sans un tour » ( en Andalousie…)

IMG_3908